Préambule : Cet article traite implicitement du stress au travail, qui est développé explicitement dans un autre article intitulé Stress and the Company.

1) Dans un contexte de marché défavorable : lorsque les clients sont exigeants, les concurrents performants, la législation contraignante, les fournisseurs incertains,... les entreprises peinent à augmenter ou même à maintenir leur rentabilité.

Des sensations de "peur" et de "pression" s'insinuent dans les organisations : la peur de perdre son poste, ses responsabilités, ses revenus ; la pression pour faire plus, mieux et plus vite. Chacun est alors susceptible de faire peur et de presser l'autre à des fins de rentabilité.

Et parfois ça marche ! La peur et la pression finissent par "forcer" suffisamment la créativité et la motivation des équipes pour atteindre le niveau de rentabilité nécessaire. Mais pendant combien de temps et à quel prix les organisations peuvent-elles puiser dans leur réserve sous "la pression de la peur" ?

Et parfois ça ne marche pas, ça ne marche plus ! L'entreprise donne trop ou a déjà trop donné. La "peur" et la "pression" ont des effets contre-productifs : surmenage, baisse de régime, absentéisme, sclérose, erreurs grossières, conflits, perte de confiance, gaspillage de temps et d'énergie,... C'est la "dépression" des organisations. La dépression se termine parfois malheureusement par le suicide des salariés, à l'instar notamment des usines françaises de RENAULT et PEUGEOT.

Il existe des moyens moins risqués que "la peur" et "la pression" pour passer des caps difficiles à court terme, sans compromettre l'avenir de l'entreprise et de ses salariés : la Créativité Profitable™ est l’un de ces moyens.

2) Dans un contexte de marché favorable, les entreprises augmentent facilement leur rentabilité.

Mais dans un contexte favorable, les entreprises qui exploitent insuffisamment le potentiel créatif de leurs équipes, s’exposent également à de graves déconvenues.

Selon les découvertes scientifiques, tout individu, même le plus créatif, tend à utiliser un espace cérébral réduit en routine. Mais les progrès sont possibles car le cerveau est "plastique", modifiable en structure et fonctionnement, à condition de le stimuler par des moyens appropriés.

Si ces moyens sont inappropriés ou tout simplement inexistants dans l’entreprise, les idées intéressantes ont peu de chance de germer dans les esprits, de se développer sur le terrain et d’être récoltées au final par l’organisation toute entière.

La faiblesse ou l’absence d’un système d’encouragement et de traitement des idées, génère des manques à gagner, mais aussi et surtout, un danger pour la rentabilité à long terme de l’entreprise.

Ce danger est évident dans le cas particulier où des équipes extrêmement motivées foisonnent naturellement d’idées. Alors, si les possibilités d’expression et de canalisation de la créativité sont insuffisantes, la frustration gagne et se traduit par des comportements de passivité ou d’agressivité.

L’un ou l’autre de ces comportements de défense, évite aux équipes d’affronter la perception d’une censure insupportable, et abouti à une rupture avec l’organisation : soit les équipes restent prostrées et dépriment ; soit les équipes quittent l’entreprise pour laisser s’exprimer leur créativité débordante ailleurs, hors d’un cadre excessivement fermé.

Il existe des moyens sûrs pour mettre la créativité et la motivation des équipes au service d’une réussite à long terme des organisations : la Créativité Profitable™ est l’un de ces moyens.

3) En synthèse : que le contexte du marché soit favorable ou défavorable à une entreprise, les risques de dépressions et de suicides des salariés restent malheureusement présents.

Les états d'âmes des salariés, leurs perceptions de bonheur ou de malheur au sein de l'entreprise, leurs sensations de bien-être ou de mal-être au travail... c'est avant tout une question de méthode de management.

Quel que soit le contexte du marché, la plupart des managers sous estiment un facteur extrêmement sensible de bascule entre d'un côté : une situation de succès avec des employés heureux au sein d'une entreprise prospère ; et de l'autre côté : une situation d'échec avec des employés malheureux au sein d'une entreprise appauvrie. Ce "facteur de bascule" entre le succès et l'échec, c'est "la bonne gestion des idées"... pour permettre à chaque employé de participer à la naissance des innovations dont la finalité sera le développement durable de l'entreprise.

Le demi succès ou demi échec est toujours possible avec des employés qui se sentent "mal" dans une entreprise prospère, et inversement avec des employés qui se sentent "bien" dans une entreprise appauvrie ; mais cela ne change rien à l'importance de "la bonne gestion des idées".

"La bonne gestion des idées" est d'ailleurs une définition de La Méthode Créativité Profitable™ : une méthode de management qui rassemble les meilleures pratiques d'Innovation Participative et Citoyenne.

Cette méthode minimise les risques de dépressions et de suicides en créant des opportunités de développement durable de l'entreprise, profitables aux actionnaires, aux salariés et à l'environnement.

conseil@marc-vachon.com

marc.vachon@extend-management.com