Dans le cas du "reproche", l'employé a commis une erreur qu'il ne devait pas commettre, car il était informé de règles et d'objectifs sensés être compris et acceptés. Un reproche peut entraîner des conséquences négatives sur l'évolution de l'employé dans l'entreprise. Cela peut même contribuer à son licenciement.

Dans le cas d'un "ajustement", l'employé a commis une erreur par défaut d'apprentissage ou d'information que l'employé n'a pas reçu de son manager. L'employé a du faire face à de nouvelles situations, à de nouvelles contraintes ; et son manager ne l'avait pas forcément "outillée pour". C'est donc simplement un réajustement sans conséquence pour sa carrière dans l'entreprise. On peut aussi parler d'ordre ou de demande d'adaptation que le manager intime à son employé. Et dans ce cas d'ailleurs, peut-on encore vraiment parler d'erreur ?...

Mais comment choisir entre "reproche" et "ajustement" ?

Et bien en prenant le temps de la réflexion, et en demandant avant tout des explications à son employé. On peut par exemple renvoyer la balle à l'employé en lui disant : "Je perçois le problème xyz, est-ce que tu le perçois aussi, et si oui qu'elle part de responsabilité penses-tu avoir ?...". Cela évite de trancher un peu trop vite dans le vif du sujet...

Car, il faut savoir que la plupart des employés interpréteront un "ajustement" comme un "reproche", si le manager ne formule pas explicitement les propos suivants : "il s'agit simplement d'un ajustement bien normal, tu ne pouvais pas tout savoir, tu as le droit de te tromper (et encore ce n'est pas une "vraie" erreur), tu ne peux pas être parfait, on a toujours des choses à apprendre, et cela n'a pas de conséquences négatives pour la suite de ta carrière dans l'entreprise (au contraire), etc...".

Si le manager ne formule pas ces propos rassurants en cas d'ajustement, il y a une forte probabilité que son employé le prenne "mal", comme un reproche injustifié... Ce qui risque d'entrainer l'employé dans une spirale d' auto-dévalorisation de soi et d'erreurs à répétition, par peur de commettre de nouvelles erreurs dont il ne voit pas objectivement sa responsabilité... Cela risque aussi en alternative d'entraîner un ressentiment de l'employé vis-à-vis de son manager, avec le corollaire de stress et de conflit qui pourra en découler...

Il est donc nécessaire de bien faire le distinguo entre "reproche" et "ajustement" lorsque l'on doit faire part d'une insatisfaction et d'un souhait d'amélioration à un employé.

conseil@marc-vachon.com

marc.vachon@extend-management.com