Lorsque vous ressentez une difficulté, une souffrance, une insatisfaction,…

Lorsque vous pensez être face (ou "en plein dans") un problème…

Lorsque vous vous posez des questions, lorsque vous recherchez des solutions pour améliorer une situation…

Faites un ou plusieurs choix parmi 18 états d’esprit possibles, pour commencer à améliorer votre situation (certains choix sont cumulables : préliminaire, consécutif, successif, concomitant, simultané)…

Sinon votre esprit fera ce(s) choix "d’état" pour vous…

Et ce ne sera pas toujours à votre avantage…

NB : Dans mon ouvrage :

- Seront développées les notions de : problème, souffrance, difficulté, insatisfaction, choix, décision, réflexe, mental, inné, acquis, pensée, esprit, conscience, inconscience, bénéfices secondaires,…

- Le terme "problème" sera utilisé de manière générique pour englober toutes les notions de difficulté, insatisfaction, souffrance,… auquel l’Homme est confronté au cours de son existence…

Cet ouvrage (cet article ici et maintenant) ambitionne au moins de vous faire check lister les voies que vous pouvez prendre, ou que votre esprit prendra de toute façon…

Cet ouvrage vous permettra de cultiver, de pratiquer, de vous engager dans une ou plusieurs voies que vous négligiez jusqu’à présent…

Et au mieux, cet ouvrage vous aidera à solutionner vos problèmes quels qu’ils soient…

Si cela vous semble "difficile" de passer en revue et de choisir une ou plusieurs de ces 18 voies fondamentales à chaque fois que vous ressentez un problème ; choisissez au moins une voie, même si c’est toujours la même, ce n’est pas grave, mais dans tous les cas, choisissez…

Entrer dans une ou plusieurs de ces voies fondamentales, vous aide à sortir de vos problèmes quels qu’ils soient…

Les 18 voies fondamentales de l'esprit sont préconisées dans l'ordre suivant qui vous paraîtra peut-être logique.

Mais libre à vous bien sûr d'emprunter les voies que vous voulez dans l'ordre que vous préférerez.

1ère voie : LA CLE D’ENTREE (VERS LA SORTIE)

Posez-vous la question :"Comment j’occupe mon esprit MAINTENANT par rapport à ce problème ?" : "Qu'est-ce que je décide de "faire" MAINTENANT" par la pensée par rapport à ce mal être ? La question peut-être posée intérieurement, à voix haute ou par écrit. Cette première voie est une clé d'entrée, une introduction aux autres voies qui vous mèneront à la sortie de vos problèmes…

2ème voie : LA PRISE DE POULS

Posez-vous la question : Comment je me sent ? Votre esprit répond alors : bien, mal, comme ci, comme ça, etc... Si vous vous sentez plus ou moins "mal", c'est qu'il y a un "problème" correspondant à un mal être. Vous pouvez avoir des problèmes qui correspondent à un bien être ou à un "neutre être"quand vous vous posez simplement des questions, quand vous recherchez des solutions, quand vous voulez améliorer une situation (sans vous sentir mal).

3ème voie : L’IDENTIFICATION PRIMAIRE

Posez-vous la question : "Qu’est-ce qui me pose problème ?"

Votre esprit vous donne alors spontanément une ou plusieurs réponses… Ce ne sont pas des réponses à votre problème mais des réponses qui "identifient" votre problème : un ou plusieurs facteurs, une ou plusieurs cause de votre problème. Il est rare mais cela peut arriver que votre esprit réponde : "Je ne sais pas." Ce n’est pas grave, vous avez d’autres voies fondamentales possibles…

4ème voie : LE STOP PROBLEME

Dites-vous : "J’arrête de souffrir maintenant" ; "J’arrête de penser à ce problème maintenant"… Et vous le faites… Vous décidez ainsi d’arrêter de souffrir ou d’arrêter de vous poser un problème pour une durée déterminée ou indéterminée.

5ème voie : LE ENCORE DE SOUFFRANCE

C'est souvent le choix de notre inconscient... C’est souvent un choix associé au "ressassement" du problème... C’est aussi souvent un choix associé à des émotions de type : peur, culpabilité, défaitisme, colère, mépris, tristesse, "aquoibonisme",… que l’on repasse en boucle dans sa tête au lieu de les stopper , les évacuer ou les transcender (grâce aux autres voies fondamentales). Ces émotions sont d’ailleurs généralement qualifiées de "négatives". Mais elles ne le sont vraiment "négatives" que lorsqu’elles s’éternisent… Pour éviter cette spirale émotionnelle négative, il faut par principe considérer ces émotions comme des "signaux d’alertes utiles" pour résoudre nos problèmes, comme une alarme dans une maison, qui se déclenche parfois à tord et parfois à raison : cela ne sert à rien de la laisser sonner indéfiniment ; il faut décider d’arrêter l'alarme émotionnelle (voie du "stop problème"), puis décider de la suite à donner (grâce aux autres voies fondamentales). Le "encore de souffrance" est un choix qui semble vraiment bénéfique lorsque l'on doit faire le deuil de quelque chose ou de quelqu'un... Mais attention encore une fois je le répète : ce choix devrait être temporaire (ne pas durer) ou intérimaire à temps réduit (ne revenir que périodiquement et brièvement) pour ne pas entacher l'existence d'un Homme... Si la souffrance se prolonge indéfiniment "inconsciemment" ou "pré-consciemment", c'est peut-être que vous avez un bénéfice secondaire, caché (vs. bénéfice primaire, évident) à continuer sur cette voie à votre insu ou presque...

6ème voie : LE ICI ET MAINTENANT

Dites-vous : "Est-ce que ce problème est un problème ici et maintenant ?" Cela peut vous aider à traiter le problème ici et maintenant ou à "reporter le traitement" (6ème voie de l’esprit)

7ème voie : LE REPORT DE TRAITEMENT

"Wait and See", j’attends et je vois, je me fixe éventuellement un délai pour appliquer ou reconsidérer mon problème et son traitement.

8ème voie : LA PROGRAMMATION PHYSIQUE

Il s’agit d’améliorer sa respiration, sa détente, son ancrage et sa verticalité, pour garder son axe, tout en restant ouvert à autrui et à l’inspiration "divine" (s’il en est…), sans se laisser "prendre la tête" par ses émotions… NB : On est ici plutôt dans le champ de la relaxation, du yoga, des arts martiaux, des neurosciences,…

9ème voie : LE VIDE MENTAL

Il s’agit de faire le vide dans son esprit, en laissant passer les pensées qui passent, sans s’y accrocher, sans chercher à élaborer, sans chercher à comprendre pourquoi, tout en se concentrant sur sa respiration, sur le flux et reflux de l’air dans ses poumons et le reste de son corps. Certains puristes diront que le fait de se concentrer sur sa respiration est une pensée en soi ; et donc que le vide mental n’existe pas dans ce contexte. En tous cas, le vide mental pourrait être réalisé de quelques secondes à quelques jours, selon les pratiquants…

10ème voie : LA DISPERSION DES PENSEES

C’est l’inverse de la voie du "vide mental". On pense à tout plutôt qu’à rien ou plutôt que de se concentrer sur son problème. On peut appeler cette voie également la fuite ou l’hyperactivité mentale. Notons au passage que la fuite, dispersion ou hyperactivité peut être également physique, car "agir évite de penser (à ses difficultés)"… C’est une voie assez classique que vous prenez certainement lorsque vous vous dites : "Je vais faire ceci ou cela pour me changer les idées.". Pratique pour décompresser de temps en temps. A éviter de manière systématique…

11ème voie : LA PROJECTION POSITIVE

Cette 10ème voie fondamentale comprend 4 étapes. Les deux premières étapes représentent la "projection positive" au sens strict. La 3ème étape complète la voie fondamentale du "bonheur par défaut". La 4ème étape rejoint la voie fondamentale du "geste inspiré".

1. Posez-vous la question : "Qu’est-ce que je veux dans l’idéal à la place de la situation qui me pose problème ?"

2. Dites-vous : "Quels sont les aspects positifs dans la situation actuelle ?… Je vais trouver et faire ce qu’il faut pour que cela s’améliore… Je mérite que cela s’améliore… Je suis persuadé que cela va s’améliorer…"

3. Pensez, Parlez, agissez et "sentez-vous" comme si cela allait déjà mieux, comme si vous étiez déjà dans la situation idéale que vous voulez…

Car on produit ce que l’on pense, on est ce que l’on pense… Le "Je pense donc je suis" de Descartes signifierait : "Si je pense, cela prouve que j’existe." ; mais également : "Ce que je pense, cela existe ou finit par exister."

4. Mais paradoxalement dans le même temps : "Je pense, parle et agit pour que cela s’améliore…

Je fais à la fois "comme si" tout allait déjà mieux, MAIS je fais à la fois "pour que" tout aille mieux… C’est un dédoublement de conscience… C’est un paradoxe apparent de la projection positive…

Exemple : Je n’ai pas de travail. Je décide d’être satisfait comme si j’en avais un. Mais dans le même temps, je décide de réfléchir, communiquer et poser des actes pour trouver un emploi…

12ème voie : LE BONHEUR PAR DEFAUT

Posez-vous la question : "Est-ce que ce problème doit m’empêcher d’être heureux ? Est-ce que ce problème mérite que je sois malheureux ?" Si la réponse est "oui", alors je décide d’être malheureux pour une durée déterminée ou indéterminée… Si la réponse est "non", alors je décide d’être heureux "par défaut", même si tout ne va pas comme je veux…

13ème voie : L’OBJECTIVATION DU RESSENTI

Posez-vous la question : "Quel est l’objectivité du problème (ressenti) ?" ; Est-ce que j’exagère ou minimise le problème (ressenti) ?" ; "Quels sont les faits indiscutables et discutables du problème (ressenti) ?" ; Qu’est-ce qui est vrai et faux dans ce problème (ressenti) ?" Un problème est d’abord ressenti. Mais un problème ne devrait pas être uniquement ressenti. Il devrait être aussi raisonné. Car les ressentis dépendent de nos croyances qui nous font parfois déformer la réalité. Il arrive souvent que l’on fantasme le problème, que les émotions prennent le pas sur la raison,… Cette voie nous invite à remettre les pieds sur terre, à considérer les éléments de manière plus réaliste, à raisonner les émotions, à "objectiver le ressenti" (qui est une voie facilement préliminaire, simultanée ou concomitante à la voie de "recherche des causes").

14ème voie : LA RECHERCHE DES CAUSES

C’est l’approche analytique. Je me pose la question principale : "Pourquoi ai-je ce problème ?" Accompagné d’autres questions de type :"Pourquoi ce problème est important pour moi ?" ; "Quelles en sont les causes récentes et antérieures ?". On est ici plutôt dans le champ de la psychanalyse, la sociologie, l’epistémologie, la méthode scientifique,…

15ème voix : LA RESOLUTION CREATIVE

Je me pose la question : "Qu’est-ce que je peux faire pour améliorer la situation ?". Cette question générale sous-tend une kyrielle de techniques de créativité, questions et démarches en tous genres stimulant la réflexion, en groupe ou individuellement, pour faire émerger l’ensemble des solutions possibles et imaginables, mais également pour regrouper, dissocier et trancher parmi les solutions ayant émergées… On est ici plutôt dans le champ des techniques de créativité et de résolution de problème…

16ème voie : LE LACHER PRISE

Il s’agit d’accepter ce qui ne peut être changé pour le moment et ce qui ne pourra peut-être jamais l’être… On laisse passer la vague ou se laisse porter par le courant… On est ici plutôt dans le champ du bouddhisme…

17ème voie : LA DECISION D'ACTION

Je me pose la question : "Qu’est-ce que je décide de faire pour améliorer la situation ?". Mon esprit me donne alors spontanément une ou plusieurs réponses… Cette réponse, ou ces réponses, sont des décisions à prendre, des traitements à commencer, des actions à entreprendre, des premiers pas à faire… non pas dans son esprit, mais dans son environnement extérieur.

"18ème voie" : LE GESTE INSPIRE

Toutes les 17 voies précédentes pouvaient être prises simplement par l’esprit, intérieurement ; cette "18ème voie" est un peu en marge des autres ; c’est l'étape suivante ; on a besoin d’un déplacement, de gestes du corps ; pour faire, pour agir, dans son environnement, à l’extérieur de soi… Afin que cela aille mieux en soi… C'est l'action, la mise en œuvre de manière "intelligente", "sage"… Faire ce que l’on a décidé de faire de manière suffisamment soutenue, disciplinée, déterminée pour ne pas s’arrêter de creuser à quelques centimètres au dessus de la mine d’or ; mais également de manière suffisamment ouverte, réceptive, réfléchie, sans œillères pour ne pas s’obstiner à creuser à quelques centimètres à côté de la mine d’or… Un des premiers gestes inspirés à faire face à un problème est l'information, la prise de renseignement, sur le net, auprès d'experts, dans les bibliothèques,... En lisant cet article par exemple, peut-être estimerez-vous avoir fait un "geste inspiré"...

consultant@marc-vachon.com

(+33) (0)4 78 89 94 13