A chaque coup :

1) Phase d’intuition de « la solution de jeu » : « J’intuite » rapidement une solution de jeu (quel club, quelle posture, quel geste, quelle force de frappe, quelle orientation, quelle direction, quelle prise de risque…) : je laisse venir naturellement, librement la solution sans m’obliger à me poser des questions, sans suivre un plan ou une méthode de recherche de solution particulière. Si des questions et des pensées me viennent à l’esprit pas de soucis, je les accepte, j’y réfléchis sans contrainte, sans obligation, je laisse faire ma « réflexion spontanée, libre et rapide » (= intuition).

1 Bis) Phase d’idéalisation du « coup » : Il est possible que cette phase soit déjà intégrée dans la phase 1. Et même que cette phase précède la phase 1. L’essentiel c’est de la faire avant la phase 2. Je visualise mon coup parfaitement réalisé. Je fais une simulation mentale de la réussite, du déroulement rêvé. C’est la conséquence idéale de la solution de jeu.

2) Phase de validation ou invalidation : je me pose la question :

a. Quels sont les pour et les contre, les avantages et les inconvénients, les risques et les opportunités de « la solution de jeu » que j’ai intuité en phase 1.

b. Qu’est-ce qui pourrait empêcher OU favoriser que mon « coup » tel que je l’ai idéalisé devienne réalité. Si la solution de jeu et le coup est validé je passe en phase 3. Si la solution de jeu et/ou le coup n’est pas validé je retourne en phase 1.

3) Phase d’implementation : mise en oeuvre, passage à l’acte, exécution. J’ai pris ma décision. Je ne reviens pas dessus.

a. Je re-visualise la réussite parfaite du coup. Important car il faut remettre une image positive dans le cerveau après la phase 2.

b. Et je joue le coup au plus près de ce que j’ai décidé.

4) Phase de conclusion : Peu importe si je me suis finalement trompé dans mon intuition ou dans ma validation. Peu importe si j’ai mal exécuté mon coup. Je sais que j’ai fait de mon mieux dans le temps imparti et je n’ai donc aucun reproche à me faire. J’ai le droit de m’énerver un peu. J’ai surtout le devoir de me féliciter pour les aspects positifs de ce que je viens de jouer. J’essaies de comprendre ce qui a été bien et moins bien dans les 3 phases qui viennent de se dérouler pour tirer des enseignements conscients de l’avenir. Jusqu’à ce que je j’arrive au prochain coup…

Pour en savoir plus :

MARC VACHON, CONSULTANT-CHERCHEUR EN MANAGEMENT (04 78 89 94 13)