De mon point de vue, c'est tout simplement un calcul de probabilité plus juste.

Le décideur qui réussit estime un retour sur investissement probable plus fiable que la moyenne des décideurs.

1. Le décideur qui réussit se pose plus ou moins consciemment une double question clé de type :

"Au mieux qu'est ce que je gagne et au pire qu'est ce que je perd à faire ceci ou cela ?".

De cette auto-question résulte une double conclusion clé de type :

  • "Si j'investis telle quantité de ressources (argent, temps ou énergie humaine) dans telle direction, il est plus ou moins probable, c'est à dire il y a plus ou moins une chance sur deux, que j'en gagne une quantité supérieure ou inférieure à la fin de l'investissement";
  • "Si je perd, j'ai un plan B (ou non), je peux me relever (ou non), je peux rebondir (ou non), je peux m'en remettre (ou non), je peux changer de direction (ou non) ?".

2. Le décideur qui réussit est plus fiable/pertinent/performant, c'est à dire meilleur, que la moyenne pour faire cette estimation de retour sur investissement probable.

Pourquoi ?

Tout simplement parce qu'il a plus de talent, plus d'expérience ou un meilleur entourage qui peut lui faire profiter de bons conseils à moindre prix.

Mon conseil : avant de prendre une décision, posez-vous à vous-même consciemment la double question clé, tirez-en la double conclusion clé, et prenez des avis extérieurs pour davantage de fiabilité...

contact@marc-vachon.com