Je n'ai rien à titre personnel contre Emmanuel Macron, qui selon les sondages de ce jour sera probablement le prochain président de la république française. Mais je le met en garde ainsi que les électeurs contre le risque de dérive sectaire de sa posture intellectuelle en matière de gestion du paradoxe, dont il n'est peut-être même pas conscient lui-même. Son discours est très subtil, et peu d'observateurs en voient les dangers. Pourtant, un apprenti gourou de secte ou dictateur en devenir à l’Elysée : c'est une quasi certitude s'il ne change pas de posture...